Comment faire face à un deuil périnatal ?

Publié le : 30/09/2020 11:35:07
Catégories : Tout savoir sur le deuil

Comment faire face à un deuil périnatal ?

La mort périnatale, qu’est ce que c’est ?

La mort périnatale correspond au décès d’un bébé au cours de la grossesse ou de la naissance, dans les heures qui suivent ou les 7 premiers jours de vie du nourrisson. Cette douloureuse épreuve est souvent à l’origine d’un traumatisme complexe et difficile à comprendre chez les parents. Cependant, Fleurs en Deuil est là pour vous apporter des éléments et conseils pour vous aider, vous en tant que parents endeuillés, ou encore vous, en tant que proche des parents de l’enfant décédé. 

Comment se reconstruire après un deuil périnatal ? 

“Faire son deuil” est une expression très connue concernant le processus inconscient et complexe qui se produit lorsque nous perdons un être cher. Au travers de cette épreuve, des émotions intenses et des comportements inhabituels surgissent et des douleurs psychiques ou physiques peuvent se mélanger. 

Faire son deuil est une épreuve différente pour chacun d’entre nous et dure plus ou moins longtemps. Les réactions dû à ce processus durent le temps du deuil, puis s’atténuent avec le temps. Cependant, faire son deuil, ce n’est pas oublier l’être aimé, mais apprendre à vivre sans sa présence. 

La mort périnatale est, sans doute, l’une des épreuves les plus douloureuses dans une vie. Pour faire le deuil d’un enfant disparu, les parents peuvent rencontrer des professionnels de santé, afin que ceux-ci répondent aux éventuelles questions que se pose la famille. L’équipe médicale en charge de la maman au moment des faits peut proposer de préparer un enterrement, de donner un prénom à l’enfant, de le déclarer à l’état civil ainsi que de l’inscrire sur le livret de famille : c’est aux parents de décider, il n’y a pas d’ordres imposés. 

Dans le temps, afin de faire leur deuil, les parents peuvent contacter sur des forums spécialisés des parents qui ont vécus la même expérience. Il est nécessaire de se sentir compris, accompagné et aidé : la présence d’un pédopsychiatre et d’un psychologue peut faciliter cette démarche ainsi que le dialogue entre les parents, afin que le décès de leur enfant ne les sépare pas. Parler ensemble de ce deuil, exprimer son chagrin, ses émotions, communiquer, peut atténuer ou même éviter qu’un décalage s’installe entre les deux parents. 

Il est évident que le père et la mère de cet enfant vont réagir différemment face à un deuil périnatal : le plus souvent, le père souffre en silence, en reprenant ses activités passées comme son travail. Sa douleur s’accroît souvent car il se sent souvent incapable d’aider sa femme. La maman, quant à elle, se réfugie dans la solitude, afin de prendre du recul par rapport à ce qu’elle a pu vivre. C’est une étape nécessaire pour elle, à la mesure de l’attachement qui s’est construit entre elle et son enfant. 

Pour se reconstruire, il n’y a pas de recette miracle, il faut du temps : tout d’abord, les parents peuvent se projeter dans l’avenir pour avancer et mettre un pied devant l’autre. Il ne faut pas rester sur cette douloureuse épreuve, c’est pourquoi des pensées positives sur un avenir proche ou lointain permettent d’avancer. 

Ensuite, il ne faut pas oublier que le deuil est un processus vivant : le deuil n’est pas quelque chose que l’on “fait” et qui s’arrête automatiquement. On ne fait pas son deuil à un instant T, mais tout au long de sa vie, ce qui ne veut pas dire que l’on va souffrir de cet événement toute sa vie. 

Afin d’aller de l’avant, il est important pour les parents de prendre soin d’eux : il faut que les parents fassent des activités qui les rendaient heureux dans le passé, que ce soit des sorties avec des amis ou tout simplement rester chez soi à regarder des films. Les parents doivent être à l’écoute l’un de l’autre, concernant leurs émotions et leur ressenti notamment. 

Même si cela fait peur, il faut accepter ses émotions et être bienveillant envers soi-même ainsi qu’envers ses proches. Pour faire son deuil et continuer à avancer, il faut s’écouter, reprendre confiance en soi et en ce que l’on ressent afin de pouvoir se retrouver, ré-apprendre à s’aimer et à aimer son partenaire également, en qui il est possible qu’on ai perdu foi. 

Comment aider des parents à faire leur deuil périnatal ? 

Suite à la perte d’un bébé, il est difficile pour les proches des parents d’avoir les bons mots et les bons gestes, en raison de cette situation peu commune. Le choix des paroles de consolation témoigne du sentiment d’impuissance qu’éprouvent la famille et les amis des parents. Il est important de comprendre que la place occupée par un bébé qui n’est pas encore né, n’est pas la même pour tous, bien que le surgissement de la mort à l’endroit même de la vie entraîne un effondrement, dans toutes les situations.

Lorsque des parents perdent leur enfant, des sentiments négatifs comme la culpabilité, le sentiment d’échec, l’impression de toucher le fond, naissent en eux. Dans ce moment si douloureux et particulier pour les parents, il est absolument nécessaire que le couple se sente compris dans ce qu’il vit et dans sa douleur.  

Tout d’abord, vous pouvez aider les parents à organiser une cérémonie d’enterrement, car souvent ceux-ci sont trop fatigués et tristes à l’idée d’avoir perdu leur bébé, qu’ils n’ont pas le temps nécessaire pour organiser les obsèques de l’enfant disparu. Vous pouvez également écrire des messages d’amour en prévision du retour des parents de l’hôpital, afin qu’ils se sentent compris et soutenus. De plus, avec l’écriture, il est souvent plus facile de s’exprimer face à une situation si délicate. 

Une fois les funérailles passées, vous pouvez, si vous le sentez, proposer d’accompagner les parents au cimetière, pour se recueillir sur la tombe de leur enfant : cela peut permettre d’évoquer positivement quelques souvenirs passés ensembles, ou tout simplement d’apporter une présence douce et silencieuse aux parents. 

Enfin, n’oubliez pas que chaque personne a besoin d’être soutenue lors d’un deuil, et en particulier pour les parents, lorsqu’ils perdent leur enfant. Il est important qu’ils se sentent compris et aimés, c’est pour cela qu’il est important de choisir vos mots, afin de ne pas les blesser d’avantage. De plus, le chemin vers le bonheur est long après des événements aussi dramatiques, c’est pourquoi vous devez vous adapter au rythme des parents, afin que le deuil périnatal se passe au mieux.



Partager ce contenu